VISITE DE LA MEDIATHEQUE PHILEAS FOGG / SAINT AUBIN DU PAVAIL

Rencontre avec le responsable de la médiathèque de Saint Aubin du Pavail
et une des 19 bénévoles

Le jeudi 26 mai 2016

Projet construit sur le modèle « comme à la maison ».

Bâtiment de 100 m2 d’espaces pour le public, construit en 2011.

Equipement :

Dans l’entrée :

  • Une grande table :
    • Qui set pour des expositions
    • Qui présente des ouvrages
    • Qui sert de table pour des réunions etc.
  • Un espace cosy sous forme de salon
  • Un meuble qui sert de bar lors de soirées et de concerts mais qui est aussi utilisé pour souligner l’espace numérique et qui contient des porte-manteaux ainsi qu’un endroit pour laisser les chaussures

Aménagements modulables

Au milieu : des collections pour les ados

Ouvert sur les autres espaces : un espace numérique grand, aéré. Possibilité d’être seul ou à plusieurs sur un ordinateur. Il sert aussi d’atelier couture.

Espace multimedia

Possibilité de faire le noir et de tirer des rideaux pour transformer le salon et l’accueil en lieu de spectacle (tringles tout le long des murs). Tout le mobilier qui ne se situe pas contre les murs est sur roulettes. La banque d’accueil est mobile et de petite dimension.

L’acoustique est adaptée à de la musique et du spectacle, ce qui est un point très important pour accueillir des artistes.

Un travail a été fait sur la lumière. Équilibre entre lumières chaudes et froides. Jeux de lumières possibles pour créer des ambiances différentes. Eclairage indirect.

Convivialité avant tout !

Les réseaux de lumière sont autonomes dans chaque espace.

En seconde partie, l’espace pour les enfants et les familles. Mobilier adapté à la lecture avec des enfants. Possibilité de s’allonger. Espace très cocooning.

Relation à l’extérieur très importante. L’espace enfants donne directement sur la prairie avec une grande baie vitrée (regret de l’équipe de ne pouvoir l’ouvrir complètement).

Ouverture vers l\'extérieur

Parallèlement à cet espace : le local de travail avec le bureau du responsable, différents plans de travail pour préparer et réparer les collections, la réserve. Ce local est vitré à mi-hauteur.

Des cloisons en verre pour connaître les coulisses de la médiathèque

Beaucoup de communication, de fluidité entre les espaces. Peu de rupture. Sentiment que tout le monde est ensemble mais en même temps personne se gêne.

Equilibre entre espaces plus intimes et dimension collective.

L’aménagement de l’ensemble des espaces n’est pas figé. Il change régulièrement. Cela suscite l’intérêt et la curiosité du public.

Sanitaires : intègrent une cuisine, lieu très important pour la convivialité. La médiathèque 3ème lieu est un équipement où l’on mange et boit. Prévoir un bar-cuisine.

Ne pas oublier les tables de change.

Décoration et aménagement intérieur :

  • Plantes, objets laissés par les usagers
  • Productions des ateliers
  • Lieu qui doit témoigner des pratiques des gens, de leurs envies : chacun peut laisser sa trace

Naturelle ou artificielle, la lumière est très présente et douce

Revêtement de sol : Intérêt de la moquette pour le côté chaleureux ; importance de disposer dans ce cas d’un matériel d’entretien adapté ; la moquette invite à se mettre pieds nus et crée physiquement ce rapport comme à la maison avec la médiathèque.

Type de chauffage : choix du plancher chauffant.

Attention à ne pas négliger les espaces de stockage qui sont essentiels à la réalisation de multiples activités dans la médiathèque.

Locaux techniques de l’autre côté du porche.

Par ailleurs, possibilité d’extension.

Prévoir parking mais pas devant la médiathèque.

Equipement : à concevoir sur mesure ; nécessité de bien définir le besoin (ex : plan de travail multimédia etc.).

Les points positifs de l’architecture de l’équipement :

  • Le porche qui permet d’intégrer la médiathèque dans le lieu de passage ;
  • L’avancée du mur d’un mètre qui protège du soleil au sud à partir du printemps ;
  • Etc.

Les points à revoir :

  • Pas assez de lumière naturelle : envisager un puits de lumière ;
  • Grande baie vitrée pour accéder à l’extérieur.

Point important : localisation stratégique de la médiathèque en centre bourg, à proximité de l’arrêt de bus et de la mairie.

ExtérieurExtérieur

Divers : affichage sous porche consacré à la médiathèque et la mairie.

Naissance du projet et orientations :

Projet né en 2008. Dès le début, volonté de ne pas faire une médiathèque comme les autres. Axer le projet vers l’ouverture à de multiples activités pour qu’il devienne un espace central de rencontres dans le bourg.

Découverte de la médiathèque 3ème lieu suite à la lecture du mémoire de Mathilde Servet.

3ème lieu : lieu où se croise plusieurs activités qui génèrent des synergies, de l’émulation.

1ère étape pour concrétiser ce projet : chercher des bénévoles

Au début, un petit noyau de personnes motivées qui s’est progressivement élargi. Aujourd’hui, l’équipe comprend 20 bénévoles dont beaucoup de mamans qui travaillent.

Les bénévoles sont impliquées dans le fonctionnement de la médiathèque : de l’entretien des collections au prêt – retour en passant par l’ouverture en l’autonomie de l’équipement et l’organisation d’animation (proposition de contenus, animation d’ateliers, aide à la communication etc.).

Cette mobilisation permet une plus grande amplitude d’ouverture : 21 h pendant les vacances scolaires et une moyenne de 17 h par semaine sur l’année. Pour mémoire, la moyenne d’heures d’ouverture des médiathèques sur le département est de 11 h. 

Enjeu : les bénévoles doivent être libres de choisir la manière dont ils veulent s’investir. Favoriser liberté, souplesse et prise de responsabilité. Le professionnel doit pouvoir déléguer des missions de la médiathèque afin que les bénévoles se sentent utiles.

Une charte a été élaborée par le responsable qui précise notamment le rôle du bénévole et la notion d’accueil des publics. L’accueil repose notamment sur le fait de prendre du temps pour parler et conseiller les personnes.

Les nouveaux bénévoles sont par ailleurs formés par des bénévoles tuteurs qui les accompagnent dans la découverte du fonctionnement de la médiathèque.

Pour que les bénévoles se sentent parties prenantes du projet, il existe des temps de rencontre :

  • Une réunion par mois
  • Un repas par an

2ème étape : concevoir un programme d’actions culturelles

Pour cela, il est indispensable de disposer d’un budget assez conséquent (4 à 5 000 € par an pour la médiathèque de Saint Aubin soit plus que son budget acquisition entre 3 500 et 4 000 € par an).

Ce programme a vocation a suscité des rencontres et des envies chez les bénévoles.

Par exemple, un atelier couture a été programmé avec une intervenante professionnelle. Cette proposition a fait émerger le souhait d’un atelier régulier dont une bénévole assure l’animation (une soirée tous les quinze jours).

Il existe par ailleurs différents ateliers :

  • Atelier aide aux devoirs devenu atelier d’anglais
  • Café palabre
  • Les racontines pour les bébés lecteurs
  • Etc.

Par ailleurs, des spectacles sont programmés à partir d’un thème annuel choisi avec les élu(e)s et des souhaits des habitants.

Enfin, la médiathèque crée des actions hors les murs pour aller au-devant des publics et des habitants.

Ex : projet fil rouge, parcours avec création d’éléments rouge

3ème étape : le réseau et les partenariats :

Collections :

Les rayonnages sont aérés. Tout n’est pas proposé en rayon. Les collections doivent pouvoir tourner, être renouvelées afin de créer la nouveauté et susciter la curiosité.

La médiathèque fonctionne avec trois fonds et c’est sa force :

  • Fonds du réseau communautaire
  • Fonds de la BDP
  • Fonds communal

La mise en place de partenariats avec les acteurs du territoire est enfin indispensable pour créer des passerelles et faire mieux ensemble.

Constats : aujourd’hui, de nombreux publics différents viennent à la médiathèque.

Néanmoins, les personnes âgées restent un peu sur leurs habitudes avec leur salle en mairie.

Les adolescents (plus de 15 ans) ne sont par ailleurs pas une cible pour la médiathèque car ce public va nécessairement chercher des lieux différents dans lesquels ils ne retrouvent pas leur voisin ou leur famille.
Condition essentielle à l’émergence de ce type de lieu : Travail étroit entre le responsable de projet et les élu(e)s ainsi qu’avec les bénévoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *